top of page
  • mariehortense

Similia similibus curantur - les semblables se guérissent par les semblables

ou les messages cachés de Dame nature.


La théorie des signatures naquit d’une observation précieuse et judicieuse de la nature...




Imaginons les premiers hommes confrontés à un monde naturel riche et dangereux qui ont dû, pour survivre, s'alimenter et se soigner, observer la nature et leur environnement.

Imaginons que certains plus curieux, plus attentifs, plus à l’écoute peut-être, observèrent que les richesses naturelles se signalaient à leur attention par des caractères semblant indiquer l'usage qu'on pouvait en faire….

Ainsi naquit ce qui devait donner lieu plus tard à la théorie des signatures : dans la nature, tout a un sens et les plantes signent les possibilités de leur utilisation…

Dès les temps les plus reculés de son histoire, l’humanité a su décoder les messages cachés de son biotope. Nos ancêtres, plus proches de la nature, plus connectés, savaient sentir, ressentir, humer, exhaler, renifler, respirer, leur environnement puis grâce à transmission orale, l’écriture, ils nous ont fait part de leurs découvertes.

La théorie des signatures part du principe que la nature apporte à qui sait l’entendre et la lire la solution à certains maux : « Si on sait lire la forme de la feuille, de la fleur ou du fruit, on pourra guérir des maladies qui présentent les mêmes symptômes », c'est une théorie des semblables.

Le saule, par exemple, avec ses pieds mouillés se porte bien, un signe qu’il peut guérir les maladies dues au froid et à l'humidité. Ses rameaux sont si flexibles qu’on en fabrique des paniers : il peut soulager les rhumatismes et la raideur des articulations.

« On met le signe sur une plante dont on a découvert les propriétés pour ensuite ne pas la confondre avec d'autres et se souvenir ainsi de ses propriétés » Jean-Marie Pelt.

Ainsi on utilisera le bourgeon de platane pour travailler sur le vitiligo (traité de gemmothérapie, P.Andrianne, ed Amyris), maladie chronique de l’épiderme, qui se caractérise par une dépigmentation et des taches blanches donnant à la peau un aspect pouvant rappeler l’écorce de cet arbre sacré des Grecs.

« L’antique théorie des signatures veut que la nature signe, par une indication qu'il convient de savoir décrypter, les propriétés thérapeutiques des plantes. » Jean-Marie Pelt.

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Femme

Comments


bottom of page